Главная IRM des petits organes du bassin

IRM des petits organes du bassin

Le petit bassin est l’espace délimité par les os du bassin. Dans cet espace se trouvent le rectum, la vessie et les organes reproducteurs (à l’exclusion des organes génitaux externes).

Ainsi, chez les femmes dans le petit bassin, il y a  l’utérus avec ses appendices et le vagin ; et chez les hommes, il y a les vésicules séminales, le canal déférent et la prostate. Tous ces organes sont maintenus en place à l’aide de tissu conjonctif.

Le maintien de la santé de l’un de ces organes est important car, compte tenu de leur proximité, le processus pathologique de l’un d’eux peut affecter les fonctions des autres.

QU’EST-CE QUE L’IRM DES ORGANES PELVIENS?

Il est difficile de surestimer l’importance de l’IRM des organes pelviens pour le diagnostic des pathologies gynécologiques, andrologiques et urologiques. Le contraste relativement élevé des tissus mous permet une visualisation claire de tous les organes du petit bassin et une valeur informative élevée de la méthode. L’épaisseur des sections est de 3-6 mm.

La non-invasion et la sécurité des diagnostics par résonance magnétique, déterminent la valeur particulière de l’étude: après tout, l’absence de rayonnement radioactif est très importante pour les organes reproducteurs. L’absence de charge de rayonnement permet d’utiliser l’IRM de manière répétée, s’il y en a besoin, et donc il n’y a pas de limites sur la fréquence d’application de la méthode

L’avantage de l’IRM par rapport à l’échographie est la possibilité d’obtenir des images en 3 plans, l’absence de zone invisible, ainsi que la haute résolution du tomographe.

L’IRM des organes pelviens permet de détecter la présence d’une pathologie dans l’un des organes pelviens, la localisation et la taille du foyer ou de la formation, et de déterminer sa nature et sa relation avec les organes voisins. L’étude permet d’identifier les tumeurs, les kystes, les processus inflammatoires, les malformations congénitales des organes, les adhérences dans les trompes de Fallope, d’établir la nature et la gravité des lésions traumatiques, etc.

INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS

Indications:

  • processus inflammatoire dans les organes reproducteurs (annexite, endométrite chez la femme, prostatite et vésiculite chez l’homme)
  • suspicion de tumeur dans les organes de cette zone
  • élimination ou confirmation des métastases dans les organes du bassin
  • anomalies congénitales des organes de la zone étudiée
  • pathologie chirurgicale aiguë (apoplexie ovarienne, rupture du kyste)
  • blessures traumatiques dans la région pelvienne
  • Endométriose (les cellules de la muqueuse utérine pénètrent à travers les trompes de Fallope dans le petit bassin et s’y développent, provoquant un processus d’adhésion);
  • l’infertilité
  • suspicion de kyste ovarien
  • l’origine peu claire d’une douleur pelvienne
  • saignements utérins non menstruels

Les hommes peuvent en outre se voir prescrire une IRM pour:

  • problèmes de miction
  • testicule non-descendu. (non détecté par échographie)
  • détection du néoplasme dans le scrotum, tumeur testiculaire.

L’étude est également utilisée pour déterminer le stade du cancer (prévalence du processus, implication des principaux vaisseaux et organes voisins) lorsqu’il est situé dans le col de l’utérus, la vessie, la prostate, le rectum.

L’IRM des organes pelviens est prescrite en cas de contradictions significatives entre les symptômes cliniques de la maladie et les résultats des méthodes diagnostiques traditionnelles (échographie, radiographie et endoscopie).

Contre-indications:

  • présence dans le corps d’un implant ferromagnétique (cochléaire ou auditif, certains types d’endoprothèses vasculaires, vaisseaux clipsables, valvules cardiaques artificielles)
  • présence d’un stimulateur cardiaque, et d’autres systèmes électroniques implantés
  • structures métalliques dans le corps (métalostéosynthèse, vis, plaques, épingles), des fragments et des balles
  • grossesse au cours du premier trimestre (l’utilisation du contraste est contre-indiquée pendant toute la période de la grossesse)
  • L’utilisation du contraste est contre-indiquée en cas d’insuffisance rénale
  • claustrophobie (sensation de malaise dans un espace fermé); dans les cas graves de claustrophobie, l’étude est menée sur un appareil de type ouvert
  • à partir de l’âge de 7 ans(s’il est absolument nécessaire de réaliser une IRM à un âge plus précoce, il est pratiqué sous anesthésie)
  • Surpoids (plus de 130 kg).

Préparation

2 à 3 jours avant l’intervention, il est recommandé de manger des aliments légers (de préférence liquides), afin d’exclure les produits favorisant une production accrue de gaz et de ballonnements. Le péristaltisme et les gaz renforcés dans l’intestin peuvent empirer la qualité des images. L’étude est réalisée sur un estomac vide. Au maximum, un petit déjeuner léger 3 heures avant la procédure.

À la veille de l’IRM, les intestins doivent être nettoyés . En accord avec le médecin, ils peut être demandé de prendre un laxatif et faire un lavement le soir. Il est nécessaire que les boucles intestinales remplies de selles ne gênent pas la visualisation des organes à l’étude,  et l’examen de la paroi rectale après la germination en cas d’endométriose ou de tumeur.

Environ une demi-heure avant l’intervention, il est recommandé de prendre un antispasmodique pour soulager les spasmes. Il est préférable de réaliser l’étude avec une vessie moyennement ou peu remplie (une grande quantité d’urine aggravera la clarté de l’image).

Il vaut mieux réaliser L’IRM des organes reproducteurs féminins entre le 7ème et le 9ème jour du cycle menstruel.

Dans une situation d’urgence, l’étude est menée sans préparation.

PROCEDURE

Le patient (ou ses proches) accepte par écrit de passer une IRM. Le candidat est interrogé sur la présence d’allergies et explique la procédure. Avant de la démarrer, le patient enlève tous les bijoux et ornements (y compris les piercings), les épingles à cheveux, les prothèses auditives, les prothèses amovibles. Les parents qui accompagnent l’enfant doivent également se débarrasser de tous les objets en métal.

On invite le patient à porter une blouse jetable (il est possible de garder ses vêtements s’il n’y a pas de raccords métalliques). Pendant la procédure, le patient doit rester immobile (sur le dos) sur une table spéciale, qui est poussée dans le «tube» du tomographe. Au cours de l’étude, il existe une possibilité de communication bidirectionnelle entre le patient et le médecin. La durée de l’IRM est d’environ une demi-heure.

S’il est nécessaire d’effectuer une IRM avec contraste des organes pelviens, un agent de contraste (gadolinium ou ses dérivés) est injecté par voie intraveineuse, ce qui, dans de rares cas, provoque une réaction allergique. Le contraste augmente le contenu informationnel de l’étude, améliore la qualité des images. La durée de la procédure est d’environ une heure dans ce cas. Après l’introduction de l’agent de contraste, le bébé peut être nourri avec du lait maternel après 2 jours.

RÉSULTATS

Les résultats de l’IRM sont présentés dans une série d’images de sections à différents niveaux. Le médecin examine en détail et examine minutieusement chaque section, ce qui aboutit à une conclusion sur l’étude. La préparation du rapport de recherche et la formulation de la conclusion prennent environ 2 heures. Le patient reçoit la conclusion et les images sur un DVD de la part de son médecin.